La révolution du financement de la reprise d’entreprise

01/03/2018

Nous sommes en train de vivre une vraie révolution qui va bouleverser le paysage financier en profondeur. Pendant très longtemps, dans ce paysage, on ne voyait que des banques qui assuraient le crédit et les placements financiers.

Depuis quelques années, les parts de marché des banques sont grignotées par des plateformes qui concurrent directement les activités de placements, gestion d’actifs mais aussi de crédit des banques.

En 2017, la finance participative s’inscrit durablement dans le paysage du financement en France, avec une croissance qui se confirme entre 2016 et 2017 : en 2015, 167 Millions € de fonds étaient collectés ; en 2016, le montant atteignait 234 Millions € ; en 2017, il se rapproche du Milliard d’euros, à 336 Millions €.

A terme, je n’ai aucun doute que certaines plateformes en forte croissance pourront accéder au statut de banque et assurer la gestion des comptes, peut-être le seul domaine qui reste le pré carré des banques traditionnelles.

Cela fait plus de 25 ans maintenant que j’accompagne d’une part des dirigeants d’entreprise qui souhaitent transmettre leur entreprise ou ouvrir leur capital et d’autre part des entreprises, des fonds d’investissement ou des particuliers qui veulent investir leur argent dans une entreprise.

Il était normal que nous nous portions intérêt à ces plateformes car je suis persuadé que demain ces plateformes pourront à peu près financer tous les besoins des entreprises y compris les opérations de fusions acquisitions.

Déjà les banques ne financent pas l’immatériel (le marketing, le recrutement, la digitalisation,…) alors que certaines plateformes le font.

Ces plateformes apportent des réponses de financement en quelques semaines, voire quelques jours alors qu’il faut souvent 6 mois à une banque pour accorder un crédit professionnel, ce qui au passage est complètement incompréhensible.

Dernier avantage : il n’y a aucune caution ou hypothèque demandée aux emprunteurs.

Elles ont donc un bel avenir et nous en sommes qu’au début !!

 

Existe t-il plusieurs types de plateformes ?

Alors la première chose à comprendre c’est le vocabulaire utilisé par ces plateformes. Certaines plateformes se qualifient de plateforme de crowdfunding et d’autres de crowdequity.

Les plateformes de crowdlending sont des plateformes de prêts sur des projets professionnels. Cela signifie que si vous empruntez de l’argent pour financer un projet de reprise, ce prêt doit faire l’objet d’un plan de remboursement échelonné et doit impérativement être remboursé.

Si vous allez sur des plateformes de crowdequity, vous allez solliciter un investissement au capital de votre entreprise. Les véhicules juridiques sont très divers en allant de l’achat d’actions, à la souscription à des obligations ou encore à l’investissement dans une holding financière créé pour un projet par la plateforme. On parle ici d’investissement indirect.

Pour le crowdlending, je recommande quelques plateformes :

  • La première est Lendix qui est actuellement la plus grosse plateforme de française. Le rendement annuel oscille entre 4 et 9% et est fixé par la plateforme. Elle me semble simple d’utilisation et présente un avantage : les dirigeants investissent conjointement dans les projets avec les investisseurs privés.
  • La seconde qui se défend bien est Crédit.fr. Elle est simple d’utilisation, avec une belle ergonomie. Comme pour Lendix, il n’y a aucun frais. Elle se rémunère sur l’emprunteur.
  • La troisième que je citerais est Cette plateforme est peut être moins connue que d’autres mais elle me semble promise à un bel avenir. En effet, c’est la seule plateforme à garantir les prêts avec un fond de garantie.

Et du côté des plateformes de crowdequity :

Alors je voudrais rappeler que ces plateformes sont plus complexes pour appréhender les projets.

Certaines sont très bien faites au niveau de l’ergonomie. Là n’est pas le problème. Par contre, investir en fonds propres au capital d’une entreprise nécessite un minimum de connaissances financières et juridiques.

  • J’aime beaucoup la plateforme Wiseed qui bénéficie d’une belle ergonomie. Vous pouvez acquérir des actions de start-ups en fort développement dans le numérique, l’industrie, l’agro-alimentaire, les énergies vertes.
  • Une deuxième plateforme retient mon attention. Il s’agit de Smartangels. Les projets proposés sont d’un très bon niveau mais l’utilisation de la plateforme n’est pas très simple pour un non initié et le vocabulaire utilisé est le vocabulaire professionnel. Pour accéder aux informations d’un dossier, il est notamment nécessaire de demander l’accès à l’un espace dédié, appelé « data room virtuel».  Loin d’être simple à utiliser si on ne dispose pas de bonnes connaissances financières mais aussi juridiques pour comprendre les véhicules d’investissement proposés.

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

transmission d'entreprises en Suisse; transmission d'entreprises en France; transmission d'entreprises au Luxembourg; transmission d'entreprises en Belgique; transmission d'entreprises au Maroc;cession PME en Suisse; cession PME en France; cession PME au Luxembourg; cession PME en Belgique; cession PME au Maroc;transmission d'entreprises en Europe; cession d'entreprises en Europe;vente d'entreprises en Europe